La prolongation de l’état d’urgence n’intéresse désormais que les gauchistes

C’est presque passé inaperçu sur les réseaux sociaux qu’Yvette fréquente, mais pour la sixième fois, l’état d’urgence a été prolongé jusqu’au 1er Novembre.

Nous avons reccueilli plusieurs témoignages de français, au coeur de l’action sociétale, pour en apprendre davantage sur leurs opinions.

Marchall, 35 ans :  » C’est normal l’état d’urgence, je vois pas la différence avec avant. Faut bien qu’on se protège contre les musulmans, sinon on est pas sortis de l’auberge !  »

Yvonne, 78 ans : « Hier, il y avait un jeune au supermarché qui n’avait pas assez d’argent pour payer. Il bloquait tout le monde, je devais encore aller chez le boucher et il m’empêchait de passer à cause de ses poches trouées. Heureusement, le vigile est arrivé, l’a jeté dehors et j’ai pu faire mon rôti dans les temps. »

Sam, 27 ans : « Toute façon ça change pas grand chose à notre vie. Ceux qui disent « mais y’a des flics partout, ils peuvent venir chez toi n’importe quand », ils ont sûrement des trucs à se reprocher, non ? Parce que si tu respectes les lois, t’es tranquille, donc je vois pas où est le problème. »

Estelle, 16 ans : « Moi, au lycée, on doit ouvrir nos affaires maintenant pour pouvoir entrer. Et l’autre fois y’avait une meuf qui a dû se changer parce que sa jupe était trop longue. C’était juste trop moche, franchement, Cristina Cordula elle l’aurait démontée mais grave ! »

Baptiste, 25 ans : « Hier, je devais aller à une manifestation contre l’état d’urgence, mais le préfet a annulé, ou n’a jamais donné le feu vert, j’en sais rien. Je comprends, c’est pour notre sécurité. J’écrirai un statut Facebook ce soir pour dire que la lutte continue malgré tout. »

Après réflexion, l’état d’urgence n’intéresse plus personne.

Publicités