Une journaliste remet sa carrière en question après avoir reçu un commentaire négatif

Ce matin, vers dix heures quatorze, Ingrid recueille les réactions des internautes suite à son dernier article. Il s’agissait d’une publication sur les pantalons les plus tendances du moment, dans laquelle Ingrid évoquait la jupe-culotte, _ que soit dit en passant, Yvette adore et vous conseille de consommer sans modération, parce que la modération ne se consomme pas.

Mais voilà, un internaute n’aime pas la jupe-culotte.

Dévastée, Ingrid se repasse le commentaire en boucle dans sa tête. Malgré la froideur et l’horreur de cette réaction, Yvette a tout de même décidé de vous le retranscrire, ici : « C’est moche. » Sans aucun filtre, sans couleurs, sans forme, rien ne transparait à part cette volonté d’expression crue, peu avant midi.

Ingrid se trouve devant un dilemme de grande envergure. Que faire ? En parler à son patron, ou bien taire l’incident ? Devait-elle se repentir ou bien accepter son licenciement pour faute professionnelle ? Elle ne sait que faire, elle qui, chaque jour, part à la recherche des meilleures pièces, des plus beaux produits susceptibles de plaire à ses lecteurs, la voilà tout à coup reléguée au rang de minable.

Elle se sent ringarde, pas à la hauteur des besoins des consommateurs, et ne sait plus si elle doit, si elle peut, continuer dans cette voie.

Elle décide finalement d’ignorer le commentaire, et se dit que c’est idiot de se focaliser sur un seul commentaire. Le lendemain, Ingrid troque sa jupe-culotte contre un pantalon commun, que personne ne remarquera et ne commentera jamais.

E.N

Advertisements
%d bloggers like this: